Musique paysanne
et
groupe folklorique de Geudertheim
Musique Paysanne Groupe folklorique Geudertheim

Les costumes du groupe

Le costume permettait d'identifier rapidement l'origine sociale de son porteur, mais aussi son appartenance à la communauté villageoise. Il en découle une véritable codification du costume, dès 1685 il existait même à Strasbourg un livre qui était une sorte de règlement vestimentaire.

Le costume des musiciens

Le costume des musiciens est très particulier, car il reprend la tenue portée par les serviteurs du Baron Pierre RIELLE de SCHAUENBOURG dans les années 1870 et dont le château est implanté à Geudertheim. La société de musique paysanne de Geudertheim adopta définitivement ce costume dans le cadre des festivités en l'honneur du Kaiser à Strasbourg le 14 septembre 1886. Il se compose d'une culotte courte "à la française", d'une paire de bas blancs, d'une chemise blanche, d´un gilet rouge orné de boutons dorés, d'une veste grise et d'un bonnet en fourrure grise.

Un homme se différencie de l'ensemble et porte une redingote noire et un tricorne ("Dreimaster"). Ce costume était autrefois porté par le "maire" de la société de musique (titre attribué au directeur de la musique). Ce costume est le dernier vestige du véritable costume traditionnel de Geudertheim.

costume musicien alsacien costume musicien alsacien

Le costume des danseurs

Le costume des danseurs ("d'Herretràcht") se compose d´un pantalon blanc et d´un veston noirs ("Mutze" ou "Juppe"), d´une chemise blanche, d´un gilet rouge orné de boutons dorés ("Bruschti" comme le plastron des femmes) et d´un chapeau à larges bords en feutre noir et calotte plate. Le rouge du gilet et le blanc du pantalon symbolisent les couleurs de l'Alsace !

Les plus jeunes danseurs portent souvent la tenue paysanne composée d'un chapeau de paille à bords plats, d'un pantalon généralement en coutil rayé, d'une chemise en lin et d'une blouse de travail ("Likerhamt") et d'un foulard autour du cou.

costume danseur alsacien costume danseur alsacien costume danseur alsacien

Le costume des conscrits

Les conscrits sont les jeunes du village, garçon ou fille, qui vont fêter leurs 18 ans. Mais c'est l'année des 20 ans qui détermine le nom de la classe. Au départ, la conscription ne concernait que les hommes qui étaient appelés à partir à l'Armée et qui étaient déclarés "Bon pour le service". Le costume de conscrit se compose d'un pantalon, d'une chemise blanche, d'un tablier brodé avec le nom du village, le nom ou les initiales du conscrit, l'année de naissance et l'année des vingt ans et d'un chapeau spécifique ("De Conscrithuet") surmonté d'un bouquet de plumes et divers éléments symboliques comme une grappe de raisin ou des oranges par exemple et des rubans qui rappellent ses conquêtes féminines.

costume de conscrit alsacien costume de conscrit alsacien

Le costume des danseuses

Les différences de religion se manifestaient plus dans les jupes. Les jeunes filles catholiques portaient généralement des jupes rouges sans décors avec une fine ganse noire dans le bas. Les protestantes, quant à elles, portaient plutôt des jupes vertes, bleues ou violettes qui devenaient rouges à la Pentecôte. Autre particularité des protestantes : elles portaient à la base de leur jupe un ruban, souvent en velours broché et fleuronné. Les rubans de velours noirs surpiqués au pied de la jupe indiquaient la richesse de la femme. Plus la jupe d'une femme possédait de rubans, plus la femme était riche. Elle pouvait posséder entre 1 et 6 rubans. Ils permettaient à un homme et à sa famille de savoir si une femme était un beau parti. Très prisés entre 1830 et 1860, ces costumes alsaciens sont tombés en désuétude entre les deux guerres.

La coiffe à grand ruban noir est le symbole de l'Alsace bien qu'elle n'en soit pas la plus représentative. Elle a surtout été portée par les femmes de régions très localisées, comme le Kochersberg et le Pays de Hanau au nord de Strasbourg. Associée à une jupe rouge bordée de velours noir et un boléro de velours noir à paillettes sur la blouse blanche, cette coiffe devient le symbole du folklore alsacien. Ce costume a été abandonné entre 1871 et 1918 en signe de résistance contre l'Allemagne et remis en honneur lorsque l'Alsace est redevenue française. La coiffe présente quelques variantes : les protestantes portent uniquement un nœud noir à pans plus longs derrière. Pour les catholiques qui n'étaient pas mariées, le nœud était blanc pour les familles aisées ; rouge à Geispolsheim et à motif écossais à Bitschhoffen; le nœud pouvait aussi être brodé ou broché. Une fois mariées les catholiques portaient un nœud noir dont la dimension était différente du nœud protestant. Le grand nœud noir se portait aussi en Allemagne dans la région du Bade-Wurtemberg.

Les danseuses du groupe folklorique portent la robe protestante à l'exception d'une danseuse qui porte la robe catholique. Le costume se compose d'un jupon et d'un panty blanc ("d'Unterwesch"), d'un chemisier blanc ("s'Spitzehemt"), d'une jupe ("Rock" chez les protestantes et "Kutt" chez les catholiques) rouge surpiquée de trois rubans en velours noirs, d'un corselet cousu à la jupe ("Rockbruscht"), d'un plastron ("s'Stellbrädel" ou "Bruschti" ou "d'gig" à Hoerdt), d'un tablier ("s'Firdüech") en soie noire brodée de petites fleurs, d'une collerette blanche dentelée ("Gaempel" ou "Nackmäntele") et de la coiffe à grand ruban noir ("d'Schlupfkapp" ou "Büschekapp" à Hoerdt) fixé sur un bonnet de coiffe ("s'Kapel"). Par temps froid, le costume peut être complété d'une sorte de spencer appelé casaquin ("s'Kàseweck" ou "Mutze") ou d'un grand châle ("s'Hàlsdüech").

costume de danseuse alsacienne costume de danseuse alsacienne costume de danseuse alsacienne costume de danseuse alsacienne


>> Pour en savoir plus, un document publié par l'office du tourisme d'Alsace :